Le téléphone de sa belle-mère les obligeait à ne plus jamais parler

Amal Brodeur était une femme tendre et aimante que son mari adorait. Sa relation avec sa belle-mère cependant, c’était une autre histoire. Lorsqu’un jour elle lut par hasard un message sur le téléphone de cette dernière, leur relation changea du tout au tout.

Tout commença le jour où Amal rencontra Danny à une conférence à Beirut. Elle fut immédiatement sous le charme de celui qui allait devenir son mari, et l’impression fut réciproque. Peu de temps après leur rencontre, Danny voulut présenter sa petite-amie à sa famille.

Tout le monde adora Amal, à l’exception de sa mère qui lui adressa à peine un mot.

De fil en aiguille, Danny et Amal se fiancèrent puis organisèrent un mariage immense pour rassembler tous leurs proches, famille et amis. La mère de Danny ne daigna même pas s’y rendre.

Aux yeux de sa mère, Danny était un garçon exemplaire. Il pouvait ainsi ramener n’importe quelle fille à la maison, elle considérait que personne ne serait jamais assez bien pour lui. Cela explique sans doute pourquoi Danny avait vécu autant de ruptures amoureuses avant de rencontrer Amal.

Amal, quant à elle, eut du mal à s’accommoder de l’attitude de sa belle-mère. Elle s’était pourtant toujours bien comportée, elle était polie et attentionnée. Ce n’était visiblement pas suffisant pour la mère de Danny.

« Lui faire plaisir c’était comme essayer de presser le jus d’un rocher. J’aurais sans doute eu plus de succès à chercher une aiguille dans une botte de foin… »

Quand le couple fut marié, la relation entre la belle-mère et la belle-fille empira.

Surtout lorsque Danny rencontra des difficultés au travail.

« Pour cause de restructuration économique, l’entreprise de Danny se mit à licencier à tour de bras et il fut rapidement le prochain sur la liste. »

Quand leur situation financière devint vraiment intenable, Amal fut contrainte de demander de l’aide à ses parents. Ils donnèrent au couple ce qu’ils purent (ce qui n’était pas grand-chose), heureux de pouvoir les aider.

Lorsqu’ils demandèrent de l’aide aux parents de Danny, ce fut là une autre histoire. Son père ne fut pas mécontent, mais sa mère eut une réaction franchement choquante.

« Tu me prends pour un distributeur automatique ou quoi ? Tu ne vois pas que ta femme se sert de toi, que c’est une fainéante qui n’en a qu’après ton argent car elle est incapable de se trouver un job ? »

Quand Danny raconta ça à Amal, celle-ci fut tellement atterrée qu’elle en oublia même d’être choquée.

Quelque temps plus tard, lors d’un barbecue en famille

Quelque temps après cet épisode, la famille se réunit autour d’un barbecue dans le jardin des parents de Danny. Amal avait oublié son téléphone ce jour-là, et il se trouve qu’elle devait vérifier ses emails de toute urgence car elle attendait la livraison d’un cadeau qu’elle avait commandé pour l’anniversaire de Danny.

Son anniversaire approchant, elle lui avait commandé un livre qu’il voulait s’acheter depuis longtemps.

Lorsqu’elle entra dans la cuisine, Amal vit que le téléphone de sa belle-mère avait été abandonné sur le comptoir.

« Il fallait vraiment que je vois mes emails et je me suis dit que si j’étais rapide, elle ne se rendrait même pas compte que je m’étais servi de son téléphone. Je savais qu’elle n’aurait pas aimé me le prêter, la vieille peau… mais tant pis, ai-je pensé en saisissant le téléphone. »

Le choc quand elle ouvrit le téléphone…

Sa belle-mère avait oublié de se déconnecter de son compte bancaire en ligne.

Amal fit défiler l’historique des transactions jusqu’à ce qu’elle se rende compte que son solde équivalait à quelque chose comme 27 mille dollars au total.

Le choc absolu.

« Et dire qu’elle a refusé d’aider son propre fils alors qu’elle aurait largement pu nous dépanner ! Au lieu de ça, elle nous a fait croire que c’était moi la responsable de nos problèmes d’argent ! »

Amal reposa le téléphone et retourna au jardin. Elle était furieuse mais ne dit rien le reste de l’après-midi.

Une fois de retour chez eux, elle raconta tout à Danny. Lui aussi fut à la fois choqué et furieux, pour dire le moins. Ils décidèrent cependant de ne pas y penser. Les choses semblaient en effet devoir s’arranger, car Danny avait plusieurs entretiens d’embauche prévus la semaine suivante, et il espérait bien que l’un d’entre eux les aiderait à sortir de leur situation difficile.

Ils se mirent donc au lit, Danny avec un livre et Amal avec son téléphone.

Elle venait de réaliser qu’avec toute cette histoire, elle avait oublié de vérifier où en était le cadeau pour son mari.

Elle se connecta et trouva l’email l’informant qu’il arriverait le jour d’après.

Mais sa découverte plus tôt dans l’après-midi continuait de la tarauder…

C’était plus fort qu’elle. Pourquoi sa belle-mère avait-elle été aussi mesquine alors qu’elle savait très bien qu’ils étaient dans le besoin ? Après tout, ils n’avaient pas demandé grand-chose, juste un peu d’aide, mais elle détestait tellement Amal qu’elle ne leur avait pas accordé le moindre centime.

À force de ressasser ces pensées, Amal se dit qu’elle n’arriverait pas à fermer l’œil de la nuit. Trop c’était trop.

Elle attrapa son téléphone et composa le numéro de sa belle-mère. À bout de souffle, elle lui sortit tout ce qu’elle avait sur le cœur et la somma de s’expliquer.

« Tu n’es qu’une bonne à rien et tu n’en as qu’après l’argent ! J’en ai par-dessus la tête de tes histoires alors ne m’adresse plus jamais la parole ! » lui répondit la mégère avant de raccrocher.

Elles ne se reparlèrent plus jamais après ça…

Le lendemain, Danny appela sa famille pour essayer d’arranger l’affaire. Il ne put rien y faire. Il était tout aussi furieux que sa femme, mais sa mère resta de marbre. Elle ne voulait plus jamais avoir affaire avec Amal.

Amal en avait donc bel et bien fini avec sa belle-mère. Elle se dit que leur relation n’avait plus aucune importance, car de toute façon elles n’en avaient jamais vraiment eu une.

« On ne peut pas s’entendre avec tout le monde. Dieu sait si j’ai essayé… »

Leave a Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *